Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 09:49

viole.jpg

 

A la demande d'une copine du net, je vous raconte comment j'ai fait pour dépasser si vite et apparemment aussi facilement des expériences douloureuses, comme le viol.

 

J'ai une petite caractère quand même assez bien trempée, lol! A grand désespoir de mes parents. Je ne laisse personne le contrôle sur moi....(bien sur c'est arrivé que j'étais amoureuse des "mauvaises" personnes et que temporairement je me suis laissée influencer....mais ça aussi, vite oublié par la suite)

 

Bref, le viol....en soi le viol est un acte qu'on nous fait contre notre volonté....ça commence par ça. Le viol en soi, l'acte physique en elle même, ne dure que quelque temps....c'est horrible pendant ce temps là, je ne nie aucunement l'acte en elle même, mais la personne qui nous l'a fait subir, n'a ce pouvoir sur nous que pendant le temps que l'acte se passe....

 

Personnellement, après les viols que 'jai subi (inutile de rentrer dans les détails, un viol est un viol, peu importe comment cela se passe) de par mon système de penser de l'époque déjà, c'était fini.

Je me prenais une bonne douche (pendant quelques heures néanmoins) et ensuite je reprenais ma vie d'avant. (bien sur avec un souvenir de viol en plus, sur lequel j'allais devoir travailler un peu, mais néanmoins, c'était un souvenir, c'était hier, pas aujourd'hui)

 

http://fr.dreamstime.com/femme-dans-la-douche-thumb27046099.jpg

 

 

Bien sur, les pensées venaient, du style: "cela n'aurait jamais du se faire!"   ou bien: "il n'avait pas le droit!"

 

Mais chose est, que cela s'est fait....et que penser de cette façon n'y changeait rien du tout....

 

Cette chose là, je l'avais vite compris...j'avais vite vu, inconsciemment, que quoi que j'en pense, si injuste que je puisse trouver cela, la chose s'est fait et toutes les pensées du monde n'y changeraient rien.

Donc tant qu'à faire, chaque fois que ces pensées se présentaient dans ma tête, je voyais leur inutilité et je me mettais à penser à autre chose.

 

Le mec avait peut être eu son moment, mais je refusais de lui donner plus de pouvoir sur moi que ce moment là.Il a peut être eu mon corps, mais ma tête m'appartient!!! non mais!!!!

 

Vous allez trouver cela peut être choquant comme comparaison, mais cette tactique je l'ai souvent utilisé dans ma vie, pour arrêter la clope, la drogue ou que sais-je....

J'avais vite compris que ce n'est pas le mec qui a le pouvoir dans ma tête, mais moi!

 

Et que je peux remplacer mes pensées....qui bien sur, venaient hein? Je ne suis pas un extraterrestre;...les pensées qui criaient à l'injustice, (ou dans le cas des clopes ou drogues, des pensées de "besoin") venaient dans ma tête, et avec les pensées, venaient inlassablement, des émotions....faut comprendre qu'avant chaque émotion, il y a une pensée qui l'a déclenche, si subtile soit elle...

 

Mais avec le temps, chaque fois que je cessais de nourrir cette pensée (en me laissant m'entraîner par elle, jusqu'à dans les émotions) et que donc je changeais de pensées, plus longtemps cette pensée s'éloignait de moi.

 

C'est un peu comme un enfant....il demande des bonbons....plus que j'en donne, plus souvent il va revenir....si j'arrête de lui en donner....il va revenir, voir si cette fois ci je lui en donne encore...mais au fur et à mesure qu'il voit que "non, pas de bonbons!!" un jour il cesse de revenir.

 

Et bien, les pensées c'est ça.

 

Le mec, m'a violé pendant un  moment. Mais à chaque fois que je revis cet instant dans ma tête....c'est moi même qui me viole, pas lui. ET cela je ne me permettais pas. Chuis pas masochiste, hein?!!!

 

Donc, comme les pensées peuvent être collantes, je m'occupais....(et cela compte autant pour quand je voulais arrêter la drogue par exemple) Il faut un petit peu d'entraînement, mais l'envie de survie était bien plus fort que l'envie de me laisser violer et violer dans ma tête, question de connaître ses priorités madame  ;)

 

La pensée survient...(et immanquablement l'émotion douloureuse.....) et donc, je changeais de pièce, j'allais me servir un verre d'eau, ou j'allais appeler quelqu'un, ou j'allais aux toilettes....ou bien, je m'imaginais une chose que j'aime bien...et petit à petit ces pensées prenaient plus de temps avant de revenir....et l'impact des émotions aussi diminuait...jusqu'au jour où je pouvais me le remémorer si je voulais, et encore, il n'y avait plus aucune émotion attachée à ces pensées....

 

Haïr quelqu'un ou une situation, ne fait pas de mal à cette personne, mais à nous mêmes. Pourquoi vouloir nous punir en plus de ce que nous avons vécue? Non, c'est bête, il est plus logique de s'en servir comme expérience qui nous a rendue plus forte....on va pouvoir aider les autres, quand nous trouvons le chemin vers la guérison, et cette expérience du coup change de visage...devient même lumineuse, car ce n'est qu'un souvenir, rien d'autre....un souvenir qui nous aide à évoluer...à mieux comprendre des mécanismes en nous. Et bizarrement, même de comprendre en quelque sorte le violeur.....Car pour agir de cette sorte....il ne peut pas être une personne heureuse, même si il fait semblant...

 

Quelqu'un qui vit le plein bonheur, n'est pas capable de faire du mal à autrui....le violeur, aggresseur ou même le terroriste, à l'intérieur, il vit déjà dans l'enfer de ses propres pensées....et il l'extériorise en faisant du mal/

 

 

Mais nous pouvons transformer le mal en bien. C'est ça le pouvoir que nous ayons, suffit de le voir et de le vouloir....il y a de la lumière en nous, et nous l'avons oublié....et éteint, parce que nous croyons injustement que d'autres pouvaient avoir du pouvoir sur nous...et beh non! Nous vivons dans notre tête et eux dans la leur!! ouffe!!

 

 

Maintenant, reprenez ce pouvoir, retrouvez l'interrupteur et allumez cette lumière pour briller!!!

 

 

 

   Fond d'écran · Fond Écran informatique · Windows Vista Nature Light

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article

commentaires

Pierre 09/05/2013 22:31


La honte doit changer de camp. Il est intolérable que les victimes de viol n'osent porter plainte car elles craignent d'être jugées, elles devront se justifier sur l'endroit où elles étaient, sur
l'heure à laquelle elles étaient dans la rue. Alors que les responsables du viol eux ne se préoccupent pas de tout ça. Il y a encore trop d'impunité pour les violeurs et malheureusement, dans 80%
des cas, la victime connaît son bourreau. Le violeur n'est pas toujours l'inconnu dans une rue sombre, c'est parfois le père/frère/beau-père/voisin en qui on a confiance. Et cette confiance est
trahie, avec en plus des menaces si la victime ose en parler. Tout cela doit cesser, les victimes doivent porter plainte contre le violeur car sinon, il s'en prendra à d'autres personnes.

Levy 24/04/2013 13:48


Salut, Esther. Tu parles d'évangile, comme  on dit. En fait, j'aime bien la clope, compte tenu du fait que je crapotte, comme on dit, ainsi, pas de problèmes avec les poumons; c'est toujours
ça de gagné. C'est évident qu'haïr son prochain, est un pêché, mais bon, si on fait plus de bien que de mal, parfois, un petit pêché, même passager peut faire du bien à soi. Bon, bien sùr, après
on peut toujours se reconcilier avec soi. C'est un peu comme la balance de la justice, si cette dernière est bien réglée. Si je peut me permettre, tu es un peu comme moi, tu as une vie difficile.


A bientôt de te lire, bisous.

STEPH 15/04/2013 12:50


Oui, Esther...si tu parviens à avoir de la compassion pour ce violeur...tu transcendes tout...tu vas loin...garder dans le coeur qu'en faisant du mal il se fait du mal à lui-même et  avoir
pour cela de la compassion...c'est digne d'un Rimpoché tibétain !!....wahou  yeah !...lol...je t'embrasse, beauté.

zara-ecolo 15/04/2013 16:35



oui, j'y parviens, mais cela m'a quand même demandé du travail sur moi....il y reste encore quelques moments où le petit diable du "cela n'aurait pas du se faire" et le "pourquoi moi?" etc qui
font mal, mais une fois observé, le petit diable se cache....les pensées n'aiment pas être observées, bizarrement, et ensuite le retour à la paix revient...



jeff 15/04/2013 08:25


Je me demande bien comment sont fait les violeurs!Qu'ont-ils dans leur tete?Ce sont des animaux,je crois.Oui c'est ça comme tu le dis Fantina,ils nient la personne totalement.Bon sang...quel
personne es-tu si tu n'arrives pas à contenir tes ardeurs?Et encore,est-ce que les animaux violent? Pas sur!......En plus,c'est tellement difficile de prouver le viol! Là encore cette socété géré
par trop d'hommes au niveau politique fait que nous n'avons pas assez de solutions face au viols.Informer les filles et les garçons dès le prime adolescence que d'abord ça ne se fait absolument
pas,puis que peut faire une femme face à un violeur....(si il y a qqchose à faire,je ne sais pas,faut inventer des solutions de défense ou je ne sais pas)...que doit faire une femme violée tout
de suite après si c'est possible...etc....Le viol me fait gerber,je n'ai pas de mots trop durs pour ces mecs,voilà le résultat de l'indifference des élus!Pourquoi pas des infos à la télé sur les
violeurs,avec mises en garde,sur les dégtas que ça peut occasionner sur les femmes...y'a mille choses à faire.....Esther merci d'aborder ça!Il te faut beaucoup de courage.Je sais que tu en as
plein....et pas que du courage d'ailleurs,plein d'autres qualités....

zara-ecolo 15/04/2013 11:26



On a tous un mental qui nous trouve des excuses pour toute chose, même la plus bête, du style: "j'arrête la clope quand je veux! Je fule parce que cela me plait!" ou bien: " c'est pas grave que
j'ai volé ce truc, ils sont assurés!"    donc de ce point de vue, eux aussi, ils se trouvent toute sortes d'excuses pour le comportement...juste parce qu'ils ne peuvent pas
controler leurs pulsions, soumises au mental....cela n'excuse en rien l'acte en soi même, mais cela m'a aidé à comprendre comment fonctionnne l'humain. Il se peut même que certains violeurs sont
convaincus que la victime aime ça....c'est ce que leur mental leur dit.


 


Personne ne nous apprend à l'école qu'on peut , non qu'on doit, apprendre à controler le mental...on nous dit de ne pas faire ceci ou cela, mais personne ne nous apprend comment fonctionne ce
truc avec lequel on pense...un peu comme conduire une voiture...c'est un outil qui, quand on ne sait pas 'lutiliser, peut devenir un arme fatal.


 


Bref, dans mon cas, comme self defense, j'emploiais la technique du "je me laisse faire tranquillement, comme ça au moins je lui hôte le plaisir de me voir en victime" bien sur, seulement quand
j'avais compris que jen ne pouvais rien faire, et plus que je me débatterais, plus qu'il allait aimer ça et plus que moi je souffrais, donc mon corps était là...moi pas! Mais cela est venu
instinctivement, je sais bien que pas tout le monde peut le vivre de cette façon...mais on peut tous choisir par la suite si on veut continuer le viol dans notre tête chaque jour ou pas....c'est
pas facile au début , mais c'est tout à fait faisable....


 


et c'est ainsi avec toute chose hein? le verre moitié plein ou vide...c'est une choix....


 


tendresse


S



STEPH 12/04/2013 16:59


Je me rends compte que le seul fait d'avoir écrit le mot "oui" blesse...je comprends, j'ai visiblement été maladroit. Excusez.

zara-ecolo 15/04/2013 11:26



non, rien n'est mas prise, je suis heureuse de ton comm et de tes visites Steph!! :)



Fantine 12/04/2013 11:37


J'admire ta force, Esther! Et je te remercie beaucoup pour ce témoignage, pour ta générosité à partager.


Je réponds aussi au commentaire de Steph : c'est certainement un problème de choix de mots, mais je trouve gênant que tu puisses imaginer un "oui à l'acte" sous prétexte que l'homme réussit son
effraction. Aucune part de nous ne dit "oui"... Ni le corps, ni le subconscient ni je ne sais quoi d'autre. Tout l'être dit non, et le malheur est bien que ce "non" tombe dans le néant. On est
dépossédé(e) de soi, totalement nié(e) en tant que personne... Objétisé(e)... Les réactions ensuite dépendent des individus. Mais le conflit existe d'abord entre soi et la réalité extérieure, ce
n'est pas un conflit interne même si ça peut le devenir. Par contre c'est vrai, la victime peut se sentir coupable. Comme d'ailleurs toute victime d'agression ou de traumatisme. Parce qu'il est
insupportable de ne pas avoir pu empêcher l'impensable de se produire... On n'admet pas cette impuissance trop cruelle. Ceci dit perso je ne me suis pas sentie coupable.


Sinon, on ne peut jamais pleinement comprendre une expérience qu'on n'a pas vécue, et ça vaut pour tout. Les coups, la torture, le harcèlement, l'amour, l maternité... D'ailleurs il existe des
différences importantes entre les différents types de viols. Certains sont plus brutaux, d'autres plus insidieux... A un âge précoce ou pas.... Les victimes ne pourront alors pas totalement se
mettre dans les baskets des autres. Et puis de toute façon, même si les circonstances de l'agression sont parfaitement identiques, le ressenti va varier selon notre personnalité! Donc qu'on soit
homme ou femme, si on n'a jamais été agressé sexuellement, on sera à peu près aussi ignorant. N'oublions pas non plus que les hommes aussi sont parfois victimes, plus souvent qu'on ne peut
l'imaginer.


Bref :p Il est très rare qu'une victime s'en sorte aussi bien et aussi facilement que toi Esther, mais c'est une bonne nouvelle de savoir que ça existe!


Et tu as parfaitement raison : le viol est un crime de haine, pas de sexe. Bravo d'avoir su t'en rendre compte si vite, moi il m'a fallu du temps!

zara-ecolo 12/04/2013 16:01



merci à toi Fantine,


d'abord pour ta douce gentillesse, ensuite pour le temps que tu prends pour me lire et écrire et ensuite pour m(avoir donné envie d'ecrire cet article....il est vrai que chaque personne est
différente, et chaque expérience autrement vécue, dépendant au caractère de la personne et d'autres circonstances...pour moi, c'ets ceci qui marche, une forme de controle sur le mental, qui après
tout, nous dicte nos émotions et gestes....même sans savoir parfois.


 


Le fait que tu dis, qu'il t'en a fallu du temps, suggère que tu t'en es sortie finalement? Cela me touche et me fait beaucoup plaisir à lire, car tout ce que je te souhaite, est du bonheur!!


 


tendresse


S



Sans importance 11/04/2013 18:53


Chère Esther,


Malheureusement il n'y a rien d'autre que le temps qui puisse réellement effacer les séquelles d'un acte tel que le viol.


Bien sûr il faut aussi chercher à se changer les idées.


Le rire est un bon médicament dans ce cas, comme dans bien d'autres. Je parle de franches riogolades spontanées et soudaines. Y a des livres, y a des films, y a des gens.


La musique aussi apaise dans le bon sens avant de prendre une douche froide, je plaisante, mais il n'y a pas de solution unique miracle pour oublier un viol, nous sommes tous différents, avec des
sensibilités diverses et variées, et donc, ce qui marchera pour untelle ne marchera pas forcément pour d'autres.


Cela dit,


une chose essentielle,


c'est d'en parler, d'évacuer le trop plein d'émotions, soit en ouvrant un journal sur du papier ou sur un traitement de texte, voire un blog, soit en en discutant simplement avec les autres, des
amis, des connaissances, son primeur, sa boulangère, sans avoir peur de pleurer le cas échéant, ni avoir honte, car on ne doit pas se sentir coupable ni responsable de quelque chose que l'on a
pas voulu.


C'est le partage social primaire des émotions. C'est un concept issu de la psychologie sociale.


Il est démontré que les gens dont il étaient arrivés des horreurs avaient mieux tendances à reprendre le dessus (to cope with) que des personnes qui préféraient tout garder pour elles.


Sachant qu'en suite il existe aussi le partage social secondaire des émotions. C'est à dire que la personne qui aura entendu le discours ne pourra pas le garder pour elle et le dira à une tierce
personne et ainsi de suite, on arrive à peu près à ce que l'on appelle couramment le Téléphone Arabe.  :D


le répéter, transformer et amplifier joue son rôle, ou pas,, peu importe, le principal c'est d'évacuer. Le dessin, la peinture, d'une manière générale, les activités artistiques sont un bon moyen
d'éviter de sombrer dans le gouffre de la dépression.


Esther ton courage n'est plus à prouver. J'espère que ton bien-être suit, voire transpire.


Simplement du bonheur avec les tiens. Bonne continuation.




P { margin-bottom: 0.21cm; }

STEPH 11/04/2013 00:54


Je suis un homme, je ne saurais pas imaginer complètement le calvaire.  Je devine cependant comme une abominable fusion, sur le moment, entre le OUI à l'acte et le NON. Oui car l'homme est à
"l'intérieur", mais Non avec tout le reste de la personne qui se révolte. C'est une véritable Arnaque du subconscient  féminin, qui ne peut s'empêcher de se dire qu'il y a eu de toute façon
"Oui"...faire comprendre à son subconscient qu'il s'est fait gruger, tromper, illusionner, me semble être donc un travail important...et effectivement, privée de pouvoir sur le moment, la
femme  victime ne trouvera pas de meilleur remède, je crois, que de l'affirmer ensuite...et  de vivre aussi l'instant présent.  Cela dit avec toute la modestie du mâle qui ne peut
pas entièrement comprendre...

zara-ecolo 15/04/2013 11:11



Tu sais, il n'y a pas que des hommes qui violent....aussi bizarre que cela puisse paraitre, il y a des femmes violeuses...plus rarement avec les hommes, mais plus avec des enfants....le physique
veut que cela soit plus facile disons, pour un homme...


j'ai appris que le violeur, ou aggresseur ou qui que ce soit qui fait du mal à l'autre, inconscienmment ou pas, vit dans l'enfer en et fait subir les conséquences aux autre. dégeulasse, certes,
mais comprendre cela est important pour le travail du pardon....moi cela m'a beaucoup aidé et plus que du dégout, j'ai de la peine pour les aggresseurs...


 


aussi, car je crois fortement que la roue tourne, et quand ce sera à eux, je ne voudrais pas être à leur place....


 


bises Steph!


S



Rype 09/04/2013 20:54


Le viol est encore plus malsain que la victime se sent coupable. Il serait bon, à mon avis, d'en parler davantage... Car ça n'arrive pas qu'aux autres !


Je t'applaudis par ton courage (mais tu le sais déjà), et j'espère que ce sujet "tabou" permettra à de nombreuses femmes (et hommes) de sortir de ce cercle infernal !


N'hésite pas à me dire si tu veux (ou me permet) de mettre ton article sur mon blog ou au moins d'y mettre en lien pour que cet abus cesse !

zara-ecolo 15/04/2013 11:27



bien sur, tout ce qui je mets sur le net, appartient à tout le monde par la suite, c'est là pour ça, pour partager et utiliser si cela peut etre utile....


 


belles bises Rype :)



VEGGIE 08/04/2013 18:15


Esther est le viol ou les viols que tu as subies qui t'ont menee au porno?

zara-ecolo 08/04/2013 20:12



ah nooooon, hihi, ça n'a rien à voir!! je comprends cette reflexion, mais rien n'est moins vrai....le porno c'était de la curiosité, de l'amusement....le viol était une partie de ma vie, qui
s'était vite refermée sans laisser aucune blessure....j'ai toujours eu ce "talent" de pouvoir faire la part des choses... comment subir un viol, et ensuite s'amuser dans des films? Pour moi, cela
me semble justement très illogique.... un viol pour moi, n'a rien à voir avec le sexe....c'est un jeu malsain de pouvoir, de haine...


 


ET la haine.....je ne l'autorise pas dans mon coeur...de l'indifférence oui  ;)


 


belle soirée Veggie


 


 



Elle est de retour!

43af1b277efb7925333f247760011f39d3616cfb_600x600.jpg

 

Après quelques années d'absence volontaire, je me suis décidée de redonner Vie à mon ancien blog...mon espace personnel où je raconte ce que je veux sur mon amour pour les animaux, à deux ou à 4 pattes, la terre, la nourriture et que sais-je.

 

Bienvenu(e)s chez moi!

 

Esther/Zara

 

 

je suis comme l'eau

Je suis comme l'eau, making off

 

 

 

 

 

 

esthersdf---144-A

 

 

 

 

Zara Whites Large

 

 

 

 

Catégories