Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:33

Soutien_Esther_Spincer_site.jpg

 

Okay, comme souvent les mots ne collent pas avec la vérité, je vous propose donc ici un nouveau mot pour végétaRIEN, car franchement, avec tout ce que 'l'on mange, on ne peut pas dire qu'on ne mange RIEN.

 

 

En fait, être végétarien, est célébrer la Vie, pendant le repas aussi. Célébrer la Vie...des autres êtres vivants aussi....

 

Les fêtes arrivent... je dois vous avouer que je n'ai jamais aimé les fêtes imposées...de bouffe, de cadeaux obligatoires etc...j'aime les choses simples.

 

On n''a pas toujours le choix, mais pour moi, Noël serait si beau en le célébrant dans l'amour...

 

dans le don de soi.

 

 

Et si il faut faire un repas, que ce soit avec des gens qu'on aime, dans la simplicité et dans le respect de la Vie.

Et si cadeau il faut faire, que ce soit dans le don de soi, plutôt que d'ouvrir son portefeuille.... (pas que j'ai quelque chose contre, mais c'est tellement trop facile)

 

Donc, il y a des VG's qui ont crée, gratuitement, et donc dans le don de soi, ce livre online, avec des recettes véganes, pour Noël.

 

Cliquez-ici et régalez vous!

 

 

Et moi, je vais essayer de donner de la chaleur aux sans abris, et si jamais la Vie le veut bien, partager un peu de chaleur humaine entre amis.....???

 

Sinon, un bon livre, et sous la couette!

 

 

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:43

Cet article était destiné à mon blog spirituel, mais je me suis dit que c'est important de connaître ceci, surtout de reconnaître ceci, et que cela pourrait fonctionner comme antidote à un précédent article.

 

 

jiddu_krishnamurti_67.jpg

 

La pensée n'est pas l'amour.

 

"La pensée avec tout ce qu'elle contient d'émotion et de sensation n'est pas l'amour. La pensée est invariablement la négation de l'amour. La pensée se fonde sur la mémoire, et l'amour n'est pas la mémoire. Lorsque vous pensez à une personne aimée, cette pensée n'est pas l'amour.

 

De par sa nature même, la pensée isole. La notion du temps et de l'espace, de séparation et de chagrin, découle de la pensée, et ce n'est que lorsque le cours de la pensée s'arrête que l'amour peut exister.

 

La pensée donne inévitablement naissance au sentiment de propriété qui, consciemment ou inconsciemment, cultive la jalousie. Là, où il y a jalousie, il n'y a évidemment pas d'amour et pourtant la plupart des gens considèrent la jalousie comme preuve d'amour . La jalousie est une conséquence de la pensée, elle est une réponse au contenu émotionnelle de la pensée.

 

Lorsque le sentiment de posseder ou d'etre possédé cesse brusquement, il se produit une telle vide que l'envie prend la place de l'amour.

Et c'est parce que la pensée joue le rôle de l'amour que tant de complications et de souffrances surgissent.

 

Si vous ne pensiez pas à telle ou telle personne, vous diriez que vous ne l'aimez pas. Mais est-ce de l'amour, quand vous pensez à cette personne?

 

Lorsque vous êtes avec un ami, vous ne pensez pas à lui, ce n'est qu'en son absence que la pensée se mette à recréer des scènes et des sensations mortes. C'est ce réveil du passé qui est appelé Amour. Aussi pour la plupart d'entre nous, l'amour est-il la mort, la négation de la vie; nous vivons avec le passé, avec ce qui est mort, et par conséquent nous sommes morts, nous aussi, bien que nous appelions cela l'amour.

 

Penser, c'est toujours nier l'amour. c'est la pensée qui connait les complications sentimentales, et non, l'amour. La pensée est le plus grand obstacle à l'amour.

L'amour est un état d'être où il n''y a pas de place pour la pensée; mais définir l'amour, c'est encore une opération de l'esprit. Ce n'est donc pas l'amour.

 

Nous devons comprendre ce que c'est que la pensée, et nous ne devons pas essayer de saisir l'amour par la pensée. Refuser la pensée ne fait pas naître l'amour.

 

La pensée n'est libre que lorsque sa signification profonde a été pleinement comprise; et, pour cela, une profonde connaissance de soi est essentielle. Si l'on n'éprouve pas la façon dont elle agit en nous, l'amour n'est pas possible.

 

 

J. KRISHNAMURTI

 

 

 

Il y a encore des morceaux qui suivent ce récit, mais l'essentiel est là...on ne peut saisir par la pensée ce que nous sommes...c'est à dire, amour. Comme nous ne pouvons saisir par les mains, l'air.

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 09:24

Parfois la Vie nous fait faire des choix, ou bien des personnes nous imposent des choix... Et on choisit.

 

Pas toujours facile....

 

Comme mon choix de quitter l'alliance écologiste indépendante, dont je ne suis donc plus secrétaire nationale, choix pas facile, car j'adhère à leur programme, que je trouve génial, comme j'adhère à la plupart des personnes merveilleuses que j'y ai rencontré...mais c'était une choix que j'ai du prendre....

010.jpg

Et comme le choix à une époque, d'adopter un chien.

Je le voulais comme cadeau pour mon ex-mari, qui adorait les dogs argentins, et parce que je voulais à nouveau un chien. Mais je voulais qu''il soit adopté et non pas acheté dans une animalerie, car on sait tous le mal que cela crée.

 

Me donc voilà en recherche d'un chien argentin et j'en avais trouvé un, dans un refuge. On m'avait bien prévenu que le chien était adorable, mais déjà adopté deux fois et revenu, car il avait tendance à mordre.

 

Je trouvais cela tellement triste pour ce chien si adorable, que c'était juste pour ce fait déjà, que je voulais lui donner une nouvelle chance.

 

On avait un grand terrain et une grande maison, et la refuge m'avait fourni la carte de visite d'un éducateur canin, Rodolph, que j'ai fait venir pour prendre plusieurs cours pour bien savoir maîtriser le chien.

 

j'ai tout fait pour que cela marche...

 

mais j'avais aussi deux petits garçons à la maison et on sait comment les enfants peuvent être imprévisibles.

 

Le chien, que j'adorais, commençait de plus en plus être dominant, et grognait sur les enfants et les visiteurs qui essayaient de le caresser.

 

Mon mari de l'époque,,avait peur pour les enfants. Et après quelques semaines de dispute, car moi je tenais à lui laisser sa chance, au chien...j'ai du abandonner.

 

Il fallait choisir entre le risque de faire mordre mes enfants, ou garder le chien....

 

Avec un ami, on a tout fait pour trouver un nouveau maître, sans enfants..et on pensait avoir trouvé.

Mais hélas, mauvais choix de la personne.

 

Et avec grand regret j'ai du le remmener dans le même refuge...qui m'ont compris et m'ont proposé un chien plus petit.

Mais après cette expérience qui m'avait tant rendue triste, je ne voulais plus..

 

Pendant les mois qui suivaient, je les ai appelé plusieurs fois pour savoir si il allait bien, et ils m'avaient dit qu'il n'a pas été adopté de nouveau, mais qu'on lui avait trouvé un bon compagne dans son espace de vivre et qu'il avait l'air heureux de jouer avec.

 

Ces deux choix, ces deux séparations, m'ont attristée, de par mon impuissance de vouloir faire du bien...mais ne pas réussir car il y a des imprévus, qui font qu'on doit, pour sa sécurité, s'éloigner....

 

C'est facile ensuite de juger les gens....mais mon amour pour les animaux n'en a que grandi et mon envie de les aider encore plus. Mon envie de changer la société aussi... encore plus grande.... et donc rien n'est perdu à jamais, tout est recyclé et amélioré.

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 19:16

Le pervers a en général beaucoup d’imagination, et il est difficile de recenser, ici, les milliers de ruses et tactiques, dont il dispose dans son arsenal.

2020-pervers_narcissiques_temoin.jpg

Séduction, jeu sur les apparences


Contrairement au pervers de caractère, qui irrite son entourage par ses revendications et nie radicalement l’autre, le pervers narcissique, lui, réussit à créer un élan positif envers lui. Comme toute personne manipulatrice, il sait se rendre aimable.


Il change de masque suivant les besoins, tantôt séducteur paré de toutes les qualités, tantôt victime faible et innocente. Il a un souci scrupuleux des apparences, donnant le plus souvent l’image, valorisante pour son ego, d’une personne parfaite, image qui cache son absence d’émotion, d’amour, de sincérité et d’intérêt pour tout ce qui n’est pas lui. Il ne s'intéresse pas à la réalité, tout est pour lui jeu d'apparences et de manipulation de l'autre. Il excelle à susciter, amplifier et faire alterner chez l'autre regrets et peurs.


Dissimulation


Le pervers agit à l’abri des regards. Les maltraitances sont rarement sous le feu des projecteurs, mais plutôt perpétrées dans le secret des alcôves. Les pervers sont les professionnels de la double vie et de la double personnalité.


Mimétisme


Ce sont de véritables caméléons, aptes à mimer les attitudes et les paroles de son interlocuteur pour susciter chez lui l'illusion d'un accord parfait, d'une entente exceptionnelle qui ne cesse de s'approfondir. Le mimétisme est d’ailleurs l'une des techniques employée par la Programmation neuro-linguistique.


Diviser, cloisonner ses relations


Par prudence, il divisera et cloisonnera ses relations, afin qu’on ne puisse pas recouper ses mensonges ou que ses victimes ne risquent pas de se s'allier contre lui. Sa technique, dans ce domaine, finit par être magistrale.

2302810558.JPG

Vous encenser pour mieux vous couler


Il commence par vous encenser. Vous êtes le meilleur, le plus doué, le plus cultivé… Personne d'autre que vous ne compte pour lui (il n'hésite d'ailleurs pas à dire la même chose successivement à plusieurs personnes). Ces éloges et ces protestations d'attachement lui permettent de mieux « vous couler » ensuite en jouant sur l'effet de surprise, et de vous atteindre d'autant plus que vous ne vous attendiez pas à l'attaque et qu'il a en outre pris soin de choisir précisément le moment où vous pouviez le moins vous y attendre.


Se valoriser sans cesse et dévaloriser l’autre


Les narcisses cherchent à évoluer sous les feux de la rampe, à choisir des situations où d'autres pourront les admirer. Ils veulent capter l'attention de leurs semblables qu'ils considèrent, par ailleurs, comme de simples faire-valoir, victimes potentielles qu’ils n'hésiteront pas à critiquer en public, souvent insidieusement.


Le principe d’autorité


Il utilise son pouvoir de séduction, ses talents de comédien, son apparence de sérieux, toutes les facettes de ses « personnalités » pour s'imposer. Il aime arrêter toute discussion par quelque phrase définitive, utilisant le principe d’autorité : « Je suis malade ! », ou bien « Tu te rends compte de ce que tu me demandes ! », « Je ne peux pas discuter avec toi pour l’instant, tu vois bien que je suis pris ».


L’induction (suggérer l’idée à l’autre)


La grande force du pervers narcissique est l'art de l'induction.


Il s'applique à provoquer chez l'autre des sentiments, des réactions, des actes, ou, au contraire, à les inhiber. Il fonctionne en quelque sorte comme un magicien maléfique, un hypnotiseur abusif, utilisant successivement injonctions et séduction. Evitant d'exprimer à l'autre ce qu'il pense, de l'éclairer sur ses intentions, il procède par allusion, sans jamais se compromettre. Pour mieux duper, il suscite chez l'autre un intérêt pour ce qui va faire l'objet de la duperie, qu'il va rendre aussi alléchant que possible sans jamais en parler ouvertement. Etalant connaissances, savoir, certitudes, il va pousser l'autre à vouloir en savoir plus, à convoiter l’objet en question et à exprimer son désir de se l’approprier .


Il procède de la même façon s’il a l'intention a priori de refuser quelque chose. L'autre, qui n'avait pas l'idée de demander quoi que ce soit, va se sentir pris à contre-pied sans savoir exactement pourquoi : il se promettra alors de ne jamais demander quelque chose, il doutera de sa propre honnêteté, ou même se sentira suspect, entrant inconsciemment dans le jeu du pervers narcissique. Ce dernier, pour prendre l'ascendant sur sa « victime », assortira volontiers son discours d'un message moralisateur et s'affichera comme un être « noble et pur », contraignant l'autre qui ne veut pas être repoussé à s'identifier à cette morale, que cela soit dans l’acceptation ou le refus de la chose suggérée.


Faisant parler le pervers narcissique, Alberto Eiguer écrit : « Il faudrait que vous agissiez de sorte qu'il ne reste aucun doute que vous êtes moi... et que tout ce que vous faites, dites ou éprouvez, confirme que je suis le seul, moi, le plus grand et cela même au prix de votre propre disqualification ». On touche ici au fondement de l'induction narcissique.

v152412_17448_2.jpg

Contradictions ou contradictions apparentes


Un jour, relâchant sa vigilance, content et fier de son coup, le pervers narcissique pourra même se vanter auprès de tiers auxquels il prête ses propres pensées, de son succès, l'autre l'avait mérité, puisqu’il « n'avait qu'à ne pas être si bête et si naïf ».


Mais même quand les contradictions de son comportement éclatent semant alors le doute sur sa personnalité, ses intentions ou sa sincérité, il parvient le plus souvent à rattraper ses erreurs et à restaurer la belle image de lui-même qu'il a laissée se fissurer par manque de prudence. Il affirmera alors, par exemple, qu’il a plaisanté et qu’il ne cherchait qu’à tester son interlocuteur.


La plupart du temps, on lui pardonnera malgré tout, parce qu'il sait se rendre sympathique et surtout parce qu’il a toujours une explication pour justifier un comportement soudain contradictoire. L’erreur « désastreuse » sera mise sur le compte d’une faiblesse momentanée, d'une fatigue, d’un surmenage, d’une maladie. Finalement, on se dira que toute personne « parfaite » est faillible.


« Le pervers narcissique, […] aime la controverse. Il est capable de soutenir un point de vue un jour et de défendre les idées inverses le lendemain, juste pour faire rebondir la discussion ou, délibérément, pour choquer. » (Marie-France Hirogoyen, Le Harcèlement moral, page 108)


Emploi de messages paradoxaux


Le pervers narcissique se complaît dans l'ambiguïté. Par ses messages paradoxaux, doubles, obscurs, il bloque la communication et place sa victime dans l'impossibilité de fournir des réponses appropriées, puisqu'elle ne peut comprendre la situation. Elle s'épuise à trouver des solutions qui seront par définition inadaptées et rejetées par le pervers dont elle va susciter les critiques et les reproches. Complètement déroutée, elle sombrera dans l'angoisse ou la dépression (voir Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », « La communication perverse », p. 111).


Calomnies et insinuations


« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! » (Beaumarchais).


Le pervers narcissique a le talent de diffamer sans avoir l’air d'y toucher, prudemment, en donnant l’apparence de l’objectivité et du plus grand sérieux, comme s’il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d’accusation claire, mais se contente d'allusions voilées, insidieuses. À la longue, il réussira à semer le doute, sans avoir jamais prononcé une phrase qui pourrait le faire tomber sous le coup d’une accusation de diffamation.


Il usera du pouvoir de la répétition et ne cessera pas de semer le doute sur l’honnêteté, sur les intentions de l’adversaire qu'il veut abattre s'appuyant sur la tendance humaine à croire « qu’il n’y a pas de fumée sans feu ».


Fausse modestie


Lors de l’utilisation de la technique de l’induction (voir plus haut), il se présente bien volontiers comme une personne modeste, n’osant pas proposer ses solutions ou l’objet de sa duperie (l’appât), l’objet qu’il veut soumettre à la convoitise de l’autre.


Comme un rusé paysan, il est capable parfois de se faire passer pour bête et naïf, prêchant le faux pour savoir le vrai. Un très bon moyen de guerre psychologique pour tirer les vers du nez d’une personne trop pleine de certitudes.


Confusion des limites entre soi et l'autre


Le pervers narcissique n'établit pas de limites entre soi et l'autre. Il incorpore les qualités de l'autre, se les attribue pour pallier les faiblesses de sa véritable personnalité et se donner une apparence grandiose. Ces qualités qu'il s'approprie, il les dénie à leur véritable possesseur, cela fait partie intégrante de sa stratégie de la séduction. « La séduction perverse se fait en utilisant les instincts protecteurs de l'autre. Cette séduction est narcissique : il s'agit de chercher dans l'autre l'unique objet de sa fascination, à savoir l'image aimable de soi. Par une séduction à sens unique, le pervers narcissique cherche à fasciner sans se laisser prendre. Pour J. Baudrillard, la séduction conjure la réalité et manipule les apparences. Elle n'est pas énergie, elle est de l'ordre des signes et des rituels et de leur usage maléfique. La séduction narcissique rend confus, efface les limites de ce qui est soi et de ce qui est autre. On n'est pas là dans le registre de l'aliénation - comme dans l'idéalisation amoureuse où, pour maintenir la passion, on se refuse à voir les défauts ou les défaillances de l'autre -, mais dans le registre de l'incorporation dans le but de détruire. La présence de l'autre est vécue comme une menace, pas comme une complémentarité. » (Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement Moral, p. 94).


Utilisation de fausses vérités énormes ou crédibles


La communication perverse est au service de cette stratégie. Elle est d'abord faite de fausses vérités. Par la suite, dans le conflit ouvert, elle fait un recours manifeste, sans honte, au mensonge le plus grossier.


« Quoi que l'on dise, les pervers trouvent toujours un moyen d'avoir raison, d'autant que la victime est déjà déstabilisée et n'éprouve, au contraire de son agresseur, aucun plaisir à la polémique. Le trouble induit chez la victime est la conséquence de la confusion permanente entre la vérité et le mensonge. Le mensonge chez les pervers narcissiques ne devient direct que lors de la phase de destruction, comme nous pourrons le voir dans le chapitre suivant. C'est alors un mensonge au mépris de toute évidence. C'est surtout et avant tout un mensonge convaincu qui convainc l'autre. Quelle que soit l'énormité du mensonge, le pervers s'y accroche et finit par convaincre l'autre. Vérité ou mensonge, cela importe peu pour les pervers : ce qui est vrai est ce qu'ils disent dans l'instant. Ces falsifications de la vérité sont parfois très proches d'une construction délirante. Tout message qui n'est pas formulé explicitement, même s'il transparaît, ne doit pas être pris en compte par l'interlocuteur. Puisqu'il n'y a pas de trace objective, cela n'existe pas. Le mensonge correspond simplement à un besoin d'ignorer ce qui va à l'encontre de son intérêt narcissique. C'est ainsi que l'on voit les pervers entourer leur histoire d'un grand mystère qui induit une croyance chez l'autre sans que rien n'ait été dit : cacher pour montrer sans dire. » (Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement moral, page 94)


Il use d'un luxe de détails pour éteindre la vigilance de ses proches. « Plus le mensonge est gros, plus on a envie d'y croire. »


Se poser en victime


Lors des séparations, les pervers se posent en victimes abandonnées, ce qui leur donne le beau rôle et leur permet de séduire un autre partenaire, consolateur.


Il peut se faire passer pour faible, pour le « chien perdu sans collier », prendre la mine de chien battu, les yeux tristes, dont voudront alors justement s’occuper les femmes maternelles, dévouées, celles ayant une vocation de dame patronnesse, celles n’existant que par le dévouement à autrui, celles qui deviendront souvent leurs future victime. Cela afin de mieux faire tomber dans ses filets


Il a d’ailleurs un talent fou pour se faire passer pour une victime. Comme il a un talent fou, pour se faire passer pour malade ou irresponsable ou tirer profit d’une maladie (imaginaire ou réelle), d’un accident, user ou abuser d’un handicap réel etc.


Création d’une relation de dépendance


L'autre n'a d'existence que dans la mesure où il reste dans la position de double qui lui est assignée. Il s'agit d'annihiler, de nier toute différence. L'agresseur établit cette relation d'influence pour son propre bénéfice et au détriment des intérêts de l'autre. « La relation à l'autre se place dans le registre de la dépendance, dépendance qui est attribuée à la victime, mais que projette le pervers [sur l’autre]. A chaque fois que le pervers narcissique exprime consciemment des besoins de dépendance, il s'arrange pour qu'on ne puisse pas le satisfaire : soit la demande dépasse les capacités de l'autre et le pervers en profite pour pointer son impuissance [celle de sa victime], soit la demande est faite à un moment où l'on ne peut y répondre. Il sollicite le rejet car cela le rassure de voir que la vie est pour lui exactement comme il avait toujours su qu'elle était » (Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », page 115).


Inhiber la pensée critique de la victime


Lors de la phase d'emprise, la tactique du pervers narcissique est essentiellement d'inhiber la pensée critique de sa victime. Dans la phase suivante, il provoque en elle des sentiments, des actes, des réactions, par des mécanismes d'injonction ou d’induction. « Si l'autre a suffisamment de défenses perverses pour jouer le jeu de la surenchère, il se met en place une lutte perverse qui ne se terminera que par la reddition du moins pervers des deux. Le pervers essaie de pousser sa victime à agir contre lui (et à la faire agir d’une façon perverse) pour ensuite la dénoncer comme « mauvaise ». Ce qui importe, c'est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive ». (Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », page 122).


Le plus dur pour la victime est de ne pas rentrer dans le jeu, en particulier le jeux des conflits artificiels, provoqués par le pervers.


Tactique du harcèlement moral pervers


Isoler quelqu'un, refuser toute communication, ne pas lui transmettre de consignes, multiplier les brimades, ne pas lui donner de travail ou un travail humiliant, au contraire, lui donner trop de travail ou un travail largement au dessus de ses compétences etc... les cas de figure du harcèlement moral, du bizutage ou du mobbing, telles sont les tactiques du harcèlement moral, pouvant se décliner à l’infini.


Selon la définition la plus courante « Le harcèlement moral est un ensemble de conduites et de pratiques qui se caractérisent par la systématisation, la durée et la répétition d'atteintes à la personne ou à la personnalité, par tous les moyens relatifs au travail, ses relations, son organisation, ses contenus, ses conditions, ses outils, en les détournant de leur finalité, infligeant ainsi, consciemment ou inconsciemment, une souffrance intense afin de nuire, d'éliminer, voire de détruire. Il peut s'exercer entre hiérarchiques et subordonnés, de façon descendante ou remontante, mais aussi entre collègues, de façon latérale ».

 


 Tactiques ultimes (sur le point d’être confondu)


Si un emballement peut conduire le pervers narcissique à commettre des actes de violence, il évite soigneusement de se faire « emballer » par la police et la justice. Pour cela, il maîtrise l'art de « l'emballage » des faits dans le discours. Pour paraphraser Philinte, dans « Le Misanthrope » : « Toujours, en termes convaincants, ses dénégations sont dites ». Acculé, il peut se faire passer pour fou, irresponsable de ses actes, car on sait que les fous peuvent tout se permettre (article 122-1 du nouveau code pénal).


Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 09:12

LOGO-3A_petite-taille--2-.jpg

 

Ce n'est pas un secret, j'aime les zanimoooooo!

A deux ou a 4 pattes, je n'y peux rien, je les aime et j'ai besoin que tout le monde va bien poiur que je puisse aller bien. Donc au fond je suis un peu égoïste, je l'avoue!

 

Bref, je suis officiellement la marraine de plusieurs associations, dont les 3a.

 

Une association d'artistes (fauchés, car ils ne sont pas ministres, eux!) qui aiment les animaux et bénévolement donnent de leur temps pour faire connaître la souffrance et surtout l'amour pour nos frères à 4 pattes....

 

Ils ont crée un scénario de film pour enfants, pour les sensibiliser (autant que pour les grands) qui est tout simplement gé-ni-al!

 

Pour les voix, je les ai promis de les aider, vu que je parle plusieurs langues. L'argent, malheureusement, contrairement à ce que l'on pense, je n'en ai pas. Mais du temps et un grand coeur, oui! Donc c'est ce que je leur donne pour avancer ce magnifique projet.

 

Quelqu'un leur a proposé de l'aide, mais s''est retiré, paroles étant plus faciles que les actes.....

 

Bref, je sais que la plupart de mes amis, n'ont pas beaucoup de moyens, mais connaissent peut être des gens qui peuvent...qui veulent donner, qui peuvent financer, qui peuvent sponsoriser avec leur marque?

 

Chaque geste de colibri compte, relayons nous, avec le moyens qu'on a , faites savoir, passez le message, pour que ce film verra le jour....

 

Affiche-3a01-03--2-.jpg

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 18:43

D'abord, le tsunami est passé, et je suis prête et débordante d'enthousiasme. Je suis libre, libre de faire ma part. Et cette joie et énorme.

 

Je la partage avec vous, ainsi que ce film, si gentiment envoyé par une tendre amie.

 

 

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 17:11

tsunami.jpg

 

 

La planète se révolte...non, la planète passe par une transformation, naturelle, même si la main de l'homme l'a beaucoup blessée dans son coeur.

 

Mais nous sommes ses enfants, et malgré tout, elle nous aime, comme toute maman.

 

Il y a des tremblements de terre et des tsunamis, pour entrer dans cette nouvelle transformation.

 

 

 

Et c'est ce que je vis dans ma Vie aussi en ce moment.

Je vis une vraie Tsunami, un vrai tremblement d'être.

 

Je souffre, par ce que la main de l'homme m'a fait subir.

Mais comme une vraie femme, une vraie maman et amie, je l'aime quand même.

 

Car il m'aide à cette transformation.....

 

Je passe par des hauts et des bas, des moments d'une intensité rare, mais après chaque secousse, je me sens plus forte.

Et plus que je serais fortifiée, plus que je pourrai aider ma mère la terre, et ses enfants.

 

Et qui sait, même la cause de cette tsunami que je vis...peut-être, un beau jour, je pourrai lui rendre la faveur et le soigner en douceur.

 

S

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 14:00

 02.jpg

Je ne pourrai que la décrire comme j’aimerais la voir….n’étant pas voyante. Il existe bien sur des visions très pessimistes, du style qu’en 2050 on n’aurait plus de quoi manger et qu’il y aura trop de gens sur la terre, etc…

Mais ma nature n’est pas négative et en plus, avec ce que je vois autour de moi, avec tant de petites lumières qui s’allument petit à petit, 2100 ne pourra qu’être meilleure que 2000.

Les gens s’éveillent, deviennent moins égoïstes et individualistes….et le 100ème singe changera la donne.


Par conséquent je vois 2100 plein de lumière. Je la vois en expansion de conscience humaine et en plus de simplicité….décroissance de matériel, mais croissance de conscience, en quelque sorte.

Je la vois avec des communautés qui s’entraident. Des petites villes, écologiques, des enfants heureux avec des vraies enfances….des petites écoles où l’on apprend la coopération, où les plus faibles seront aidés par ceux qui ont compris la leçon avant eux. Des petites classes où chaque enfant est mis en valeur et aidé…plus de devoirs à la maison, où l’on peut jouer comme chaque enfant devrait pouvoir le faire. Des cours de méditation, yoga à l’école, plus de créativité.

 

village.jpg

Des potagers partout et les personnes âgées enseignant aux enfants comment en prendre soin.

Je vois une société où l’on se donne la main, et où tout le monde est mis en valeur. Où le boulanger invite le maire de la ville à diner chez lui, où l’avocat est ami avec le cireur de chaussures. Car on voit que tout le monde est égal et qu’il n’y a pas de « castes ».

Je vois des maisons les plus autonomes possible, où l’eau devient clair à nouveau. Où on achète chez et on valorise les petits producteurs de proximité. Où la nourriture est bio, sans que ça a besoin d’avoir un label, car ce sera devenu la norme. Où il n’y presque plus de nourriture à base de viande, et de ce fait aussi, des gens de plus en plus en paix avec eux-mêmes. Car il y a une petit part de cruauté en chacun de nous, qui nous incite à continuer de défendre l’idée qu’on a besoin de tuer pour pouvoir vivre….le gout du sang Vient de quelque part…..

 



Où l’on voyage sans polluer (et oui, étant un grand fan de star trek, je suis convaincue aussi qu’on réussira à inventer le téléportation qui ne pollue pas) .

Une terre sans frontières, avec un gouvernement de sages et de toutes les races et sexes. Plus de guerres nécessaires. Chacun ayant appris à « travailler » son ego, à comprendre ses pulsions et à comment mieux gérer son côté obscure.

C’est assez drôle, car ce que je décris, semble un peu aux Vulcains qui jouent en Star trek ; peuple très agressif, qui à force de travailler leur côté agressif, est devenu un peuple de sages, végétariens, respectueux et écologiques ;  Je ne sais pas qui a écrit cette série, mais il a tout compris !


Je pense sincèrement que le futur n’est pas aussi sombre qu’il ne le semble maintenant….il y aura encore bien des épreuves avant que tout le monde comprendra qu’il fait évoluer, mais c’est tellement probable que cela arrivera. L’espèce humain peut être bête parfois, mais pas aussi con que ça, et a un magnifique instinct de survie malgré tout !

 

t-pol.jpg

Live long and prosper !

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 19:02

Tout est cohérent dans la nature, chaque chose à sa place, sa fonction. Je suis sincèrement convaincue que c’est pareil avec l’espèce humaine. La nature nous a tous doté de différentes talents, de différentes savoirs …pensez-vous sincèrement que c’est pour nous diviser ? Car c’est cela que nous faisons.

 

journe769epaix.jpg

 

Mais je pense que c’est faux ! La nature nous a tous donné quelques pièces de l’énorme puzzle qu’est l’humanité. Les politiciens nous donnent des réponses, même si ils ne les savent pas, tant qu’à faire, inventons-nous une réponse potable pour faire croire aux gens que nous savons tout. Comme ça ils voteront, car ils auront confiance. Et c’est vrai que cela a marché depuis des siècles ! Personnellement je ne fais pas confiance à quelqu’un qui dit tout savoir, car cela est impossible.

 

Je préfère être une politicienne qui reconnait ne pas tout savoir, qui reconnait avoir besoin de demander certaines questions à des personnes plus compétentes dans certains domaines. Ou qui a besoin de temps pour réfléchir à telle question avant de pouvoir donner une réponse. Mais j’ai aussi vu que dans plein de situations, nous arrivons à travailler ensemble, malgré nos différences…ou même Grace aux différences ;

 

Regardez les catastrophes naturelles, par exemple. Du coup, partout les gens Viennent de partout dans le monde…on trouve des gens qui communiquent l’info, des gens se précipitent pour récolter des fonds, des vivres. Il y a des personnes qui sont fort dans l’organisation et se mettent en avant…des gens Viennent pour soigner, chercher des disparues…des gens se mettent à créer des œuvres à vendre pour récolter de l’argent, des gens partent pour donner de soi…d’un coup, tous ces dons, tous ces talents différents, sont mis en œuvre pour le total.

 

Comme dans le choral. Une harmonie d’êtres qui se donnent la main et qui donnent le meilleur de soi, chacun utilisant le savoir de l’autre….et personne n’est plus riche en savoir qu’une autre…on a tous le potentiel de savoir plus….si on le veut. Savoir comme connaissance mental, ou savoir comme savoir-faire quelque chose. Certains sont »faits » pour la technique, d’autres pour coudre, d’autres pour nourrir les autres, d’autres pour nettoyer, d’autres encore pour enseigner….tout comme dans la nature, chaque animal joue son rôle, l’être humain a son rôle. Et un boulanger est aussi important qu’un avocat ou un médecin.

 

Chaque personne est parfaite et a des choses à donner, des leçons à donner et à apprendre, et c’est cela qu’il faudrait mettre en avant dans les écoles. Ce n’est pas parce que Pierre n’est pas très fort en maths, qu’il vaut moins que Jean. Pierre pourrait très bien nous apprendre l’anglais, ou encore, être très fort en dessins ou sport. Est-ce important de ne pas bien connaitre la littérature quand on est boulanger ou agriculteur ? Est-ce vraiment important de savoir l’histoire de France ou du monde, si on ressent fort que le métier d’infirmier nous appelle ? Einstein n’était pas apprécié à l’école, il était même nul ! Au fond, chaque enfant a une faim insatiable de connaissance…il ne demande que ça, mais chaque enfant l’a d’une autre façon. Il y en a qui aime apprendre par des livres, et d’autres qui ont besoin de toucher et expérimenter. Il y en a qui ont un gout pour la musique et les images, et d’autres pour le manuel…mais tous ont besoin d’apprendre.

 

Tous ont besoin de se rendre utile et d’être appréciés pour ce qu’ils ont fait. Tous, sans exception. Rendons-nous bien compte de cela, quand le petit vient avec son dessin, fait pour vous, avec beaucoup d’amour, et que nous sommes très occupés par des choses bien plus « importantes » à nos yeux ? Rendons-nous compte que ce dessin pour lui, est tout aussi important ? Rendons-nous compte que notre enfant n’est peut-être pas le premier de la classe, mais qu’il a fait plein d’efforts pour vous rendre fier de lui quand même ? Et qu’il est malgré cela, très fort en foot ? Quand nous arrêtons deux minutes de lui crier dessus pour ce qu’il ne fait pas bien, rendons-nous compte qu’il y a bien d’autres choses dans lesquelles il est exemplaire ? Et essayons-nous de valoriser cela ? On passe tellement à côté de la plaque parfois…..

0-ZZbuRduC-personne-agee-absolut-fotolia-com-s-.png

les personnes âgées, par exemple, dans cette société jetable, sont mises hors services…mais elles ont encore tant à donner ! Elles sont peut-être plus lentes…mais ce n’est pas pour autant qu’elle sont inutiles, elles disposent de tellement de temps libre, qu’elle pourraient lire des livres pour nous et nous en faire une résumé, si nous n’en avions pas le temps….elles pourraient garder des enfants, aider à recoudre des vêtements, réparer des choses, raconter des histoires aux enfants, aider à entretenir le potager, sortir le chien, tellement de choses utiles à nous donner, à nous apprendre, passer des coups de fil à notre place….leur âge n’est pas un problème,

mais une force !

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 08:09

Comme certains d'entre vous le savent probablement, je suis en plein écriture d'un livre...et j'y reponds aux questions que des personnes m'ont posées...j'avais envie de vous livrer ici, une de ces questions....bonne lecture!

 

Femme_Terre_.jpg


Mon Dieu que Si !!!


C’est quoi une femme ? C’est quoi le rôle distribué par la nature, à la femme ? D’enfanter. De porter, de donner la Vie. De nourrir, d’élever et de protéger ses enfants. De donner….La femme est une donneuse.

Une donneuse de Vie et d’amour. Une guérisseuse. Elle arrondit les angles, elle est dans la douceur, la compréhension, l’émotion.


La terre, que fait-elle ?

Elle donne. Elle donne la Vie.


Un être humain consiste exactement des mêmes composants que la terre…car il Vient de la terre….ce n’est pas la terre qui appartient aux humains, mais bien l’inverse.

Les humains sont les enfants de la terre….la terre est comme une femme qui donne naissance aux humains. Elle les nourrit….elle les donne à boire…elle les soutient, elle les réchauffe en son sein.

 

Bien sur, qu’il y a un lien entre la terre et les femmes, et c’est tellement évident que je suis surprise que pas tout le monde le voit. Car si tout le monde le comprenait, on cesserait bien vite de la maltraiter, car qui maltraiterait sa propre mère ?

Mais on voit bien la société….une société où les hommes sont mis en avant…où la femme, malgré tout, subit encore des discriminations. Où elle est bien souvent encore considérée comme un être inférieur. Dans beaucoup de cultures, elle est maltraitée et humiliée…et elle ne sert qu’à enfanter.

Et bien, c’est de la même façon dont on traite la terre…..On l’utilise pour enfanter…on l’utilise, mais on ne la remercie pas. On la dépouille de tout ce qui pourrait servir….on l’appauvrit, on l’humilie… on la pollue, on la déforme et on la prend pour de l’argent compté.

 

Mais ce qu’on oublie est que la femme, un beau jour, se révoltera. La femme peut décider de cesser d’enfanter…

 Et si la terre fait la même chose, c’est l’homme qui en subira les conséquences….la terre, elle, elle sera toujours là…dépouillée, probablement, mais elle saura se guérir avec le temps…..Elle guérira ses blessures, se remettra en forme, nettoiera sa respiration, ses eaux….elle sera heureuse, car respectée…

 

Quand les hommes commenceront par respecter…..respecter les autres comme soi-même (la bible dit bien, aimer les autres comme soi-même)….et ainsi respecter la terre et TOUS ses habitants, tout ce qui y vit…alors, chacun pourrait vraiment vivre le rôle qui lui est attribué…..

La terre sera notre mère, respectée et aimée, les femmes seront des mères, aimées et respectées, les hommes prendront soin de protéger, admirer et aimer leur terre mère, ainsi que leurs femmes.

Mais tout aussi qu’il y a un morceau de la terre en chacun de nous, tout autant il y a une partie de masculinité et de féminité en chacun de nous. Celles qui ont un corps de femme, dont je fais partie dans cette Vie….ont un côté masculin, plus ou moins développé. Je peux être douce, aimante, maternelle, émotionnelle…..mais j’essaie d’être en équilibre dans mon raisonnement. L’homme est plus dans le raisonnement, l’entreprendre, l’agir, le jeu….et sans homme à nos côtés, on a bien besoin de ces savoir là aussi.

 

Je sais faire plein de choses « d’homme » s’il le faut. Mais le fait d’avoir mon « homme » avec moi, me sécurise….je pense qu’au fond on est mieux à deux. On a besoin des deux. Chaque personne, a son rôle à jouer. Chaque animal, plante, bactérie, a son rôle à jouer…on appartient tous à ce grand corps, qu’est la terre….ensemble on est forts, ensemble on peut la rendre un paradis ou un enfer.

Si les cellules de nos corps travaillent en harmonie, travaillent ensemble, on est en bonne santé….mais si les cellules sont en désaccord, si les globules rouges décident de prendre plus de place que les blanches…on devient bien malades.

 

Pareil avec la terre…si nous nous ne donnons pas la main, et considérons nos différences comme une richesse au lieu d’une raison de discorde, la terre devient ce qu’elle est aujourd’hui…un grand corps malade….

Repost 0
Published by zara-ecolo
commenter cet article

Elle est de retour!

43af1b277efb7925333f247760011f39d3616cfb_600x600.jpg

 

Après quelques années d'absence volontaire, je me suis décidée de redonner Vie à mon ancien blog...mon espace personnel où je raconte ce que je veux sur mon amour pour les animaux, à deux ou à 4 pattes, la terre, la nourriture et que sais-je.

 

Bienvenu(e)s chez moi!

 

Esther/Zara

 

 

je suis comme l'eau

Je suis comme l'eau, making off

 

 

 

 

 

 

esthersdf---144-A

 

 

 

 

Zara Whites Large

 

 

 

 

Catégories