Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 07:03
les figures de l'autre

Comment comprendre les figures de l'autre, si on a déjà tant de mal avec la sienne? Mais n'est-il pas vrai aussi, qu'en comprenant l'autre, on arrive à mieux s'intégrer soi même?

 

 

Le titre de ce livre m'avait fasciné... Ces figures de l'autre...et surtout, les autres partout dans le monde. Comme vous vous en doutez, mon propre état mental fait que je m'intéresse beaucoup à comprendre comment il fonctionne, comment il fonctionne chez l'autre et à a psychologie en générale. Et si, pour une fois, je m'intéressais au point de vue d'un spécialiste? Comment voit il les choses, en ayant étudié la question chez plusieurs personnes et, comme c'est le cas ici, d'un point de vue anthropologique?  Car je me doute bien que dans différentes cultures, les problèmes ne sont pas appréhendés de la même façon et que du coup on ne peut pas traiter chaque individu de la même manière.

Quoique j'ai du me "battre" un peu avec des termes très techniques au départ, car je n'ai pas une éducation littéraire ni psychanalytique, j'y ai découvert une personne qui essaye de comprendre comment la psyché des personnes dans d'autres cultures fonctionne, et comment tendre la main à travers cette culture, à l'appuie de cette éducation culturelle et ces croyances autres que les nôtres.

On y découvre des choses dont je n'avais jamais entendu parler... des enfants ancêtres, ceux qui dans leur culture africaine, sont estampillés d'être des âmes de l'ancêtre  revenu. Mais quelle lourde charge à porter. Et celui de l'enfant sorcier... souvent chassé par sa famille, car portant malheur. Comment ces enfants évoluent-ils? Et qui abuse de la situation en les intégrant dans leurs groupuscules pour devenir ensuite, enfant soldat?

Mais quelles blessures profondes doivent ils avoir. Quelle difficulté de se donner une place dans la société par la suite? Et comment échapper à toutes ces sectes et pseudo églises, qui "chassent" le démon en eux?

J'y ai appris, qu'il est impossible de soigner un problème ou maladie mentale, sans d'abord connaître l'origine et la culture de la personne. La psychanalyse,la  psychologie, doit aussi s'intéresser à l'anthropologie, sinon on risque de passer à coté des choses très importantes.

J'ai découvert des personnes avec une réelle envie d'aider l'autre.Avec une grande volonté d'observer les figures de l'autre dans toute sa diversité et y vouloir apporter une aide adaptée à leur problèmes avec  l'aide et l'appuie de leur propre culture, avec leur propre langage, corporel et orale. Des voyages au bout du monde pour apprendre les figures de l'autre, donnant la main, sur place, en rencontrant ces figures dans la rue, perdues dans la masse, oubliées. 

En les incitant à parler, s'ouvrir. En créant des espaces pour eux. Utilisant les moyens folkloriques, des sortes de jeu, des pièces de comédie, pour mieux exprimer leur souffrance, sans que pour autant ils se sentent jugés, car jouant le rôle d'un "autre".

Une fois dépassée ma difficulté de comprendre le langage technique, j'y ai découvert que l'amour pour l'autre, la volonté d'apporter de l'aide à l'autre, n'est pas juste un métier, mais c'est une passion, ce n'est pas qu'un savoir appris dans des livres, mais une sagesse construite sur le terrain, et un profond envie de panser les blessures mentales et émotionnelles à travers l'ouverture de son propre mental.

En ayant gardé mon mental ouvert, j'ai pu apprécier ce livre et ses histoires sur les jeunes dans le monde lointain, et pourtant si proche de nous, et appris que tendre la main à l'autre ne peut se faire sans d'abord ouvrir notre propre coeur et dépasser nos jugements.

Published by zara-ecolo
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 11:56
quand l'espérance devient une force créatrice

Sortir de sa coquille... tout doucement. En tâtonnant, un peu perdue, un peu peur aussi. Après une longue hibernation de 5 années, sans émotions autres que de la tristesse, le vide ou la perte d'espoir. Sans énergie, en léthargie.

Sortir de ma coquille, mettant ma main tremblotante dans celle qui donne confiance.

Oser respirer l'air fraîche, oser ressentir, humer la vie, reprendre courage et redonner souffle à l'envie d'être unifiée.

Sortir de ma coquille et sentir les pulsations de mon coeur en unisson avec un coeur offert. Savourer la texture et l'intensité de l'amour.

Sortir de ma coquille et me mettre à écrire ce que je ressens, m'inspirer des choses que je vis, des choses qui m'arrivent, des choses...interdites.

Sortir de ma coquille et avoir envie de jouer le jeu encore et toujours. Me remettre dans les couleurs devant l'objectif en essayant d'oublier mes défauts et en puiser une force créatrice. Croire en soi à travers les autres... l'autre.

Sortir de ma chrysalide et déployer mes ailes brisées, mais en réparation. retrouver des saveurs, des couleurs, des parfums et des textures... vouloir reconstruire, créer, construire, goûter et aimer intensément, en toute liberté et avec avidité.

Sortie de derrière mon mur, j'ai trouvé la joie illuminer mon visage à nouveau. Et mes mains fortement tenues, mon coeur soulevé et soulagé... les briques tomberont en morceaux.

Published by zara-ecolo
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 09:20
je suis une femme, et je le revendique

Je sais que cette photo puisse heurter la sensibilité de certaines personnes... mais;

 

Hier, pendant un interview, on m'a posé la question si j'étais féministe... cela m'a fait réfléchir beaucoup. Je suis pour l'égalité des droits des hommes, des femmes, ainsi que  les animaux.

On devrait avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Jusqu'à là je suis peut être féministe.Mais de par le passé je me suis souvent faite insulter par les féministes de par le travail que j'ai fait et l'image que je semble véhiculer dans leur opinion; la femme oppressée, mal traitée etc.. Ce qui est fort loin de la vérité. Car je suis aussi pour la liberté de penser et d'agir (tant que cela reste consentant) comme cela me plaît.

Regardons ce qui s'est passé pendant la manifestation pour tous... les homosexuels ne devraient pas avoir les mêmes droits que les hétéros? Et pour quelle raison? Ils ont autant de droits et de devoirs que n'importe qui, non? Ce qu'ils font dans leur chambre, cela leur regarde, en quoi cela puisse gêner autrui?

Je suis une femme... et même en ayant les mêmes droits, je revendique le droit de me laisser traiter comme une "princesse", d'aimer que l'on m'ouvre la porte, porte mes bagages, j'aime m'habiller très femme pour plaire à celui que j'aime. J'aime avoir mes fantasmes librement, même si cela implique de jouer la soumise, ou pas, selon mes humeurs, pousser mes limites pour lui plaire, car son plaisir me donne du plaisir. J'ai un corps de femme...en quoi cela est contre la nature de l'utiliser à mon souhait? C'est aussi mon droit, en tant que femme...

j'ai rencontré beaucoup de "puritains" aussi dans ma vie... je ne juge pas leur jugement, ils en ont le droit... mais moi je préfère célébrer la vie, et ma vie de femme. Ma bi polarité fait que j'ai plusieurs facettes plus extrêmes que d'autres personnes, que je vis les choses plus intensément, ce qui est galère souvent, mais donne aussi un saveur profond à mon intimité... est-ce mal? Et si oui, en quoi?

Le jugement, perpétuel jugement envers autrui...en quoi cela nous sert?  Les puritains jugent que "les autres" ne devraient pas faire ceci ou cela, mais qui sait où leurs propres  pensées vont?

Les féministes pures et dures, jugent que j'ai véhiculé une image de la femme soumise...mais n'ont pas comprises que personne ne m'a jamais obligé à quoi que ce soit...

Tant que nous respectons autrui... en quoi n'avons nous pas la liberté d'agir et de penser selon nos envies?

Published by zara-ecolo
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 11:22
une vie pleine de couleurs

Quand on vit une vie, comme moi, où les couleurs, saveurs, émotions et odeurs sont plus intenses que pour la moyenne générale...on se demande comment les non-voyants pourraient s'imaginer ce que sont les couleurs...Comment leur expliquer?

Pour moi, le rouge, est comme  le sang, c'est à dire la force de la vie, la chaleur, le feu..le rouge a un goût pimenté, le rouge est aussi la chaleur d'une émotion forte, telle le rougissement, l'orgasme, ou même la douleur. Une brûlure a cette couleur sur la peau...ou bien le bruit stridente dans la musique, les notes hautes, le sirène d'une ambulance...c'est une couleur qui appelle à l'attention, à l'intensité...

Le jaune, me rappelle la joie...cela a une texture comme la peau d'un citron, et peut être aussi sucré et nourrissant qu'une banane, ainsi qu'acide comme le citron. Ce qui est  jaune vit sous le soleil et est ainsi de bonne humeur et optimiste.

Le gris est comme quand notre esprit est embrouillé et fatigué, cela a la texture du métal, et est assez froid...Une tempête rappelle le gris, tout comme une absence d'émotions...la ville, pleine de béton, a une énergie grise...

Bleu...couleur calmante et paisible. Une texture de l'eau me vient à l'esprit, comme quand on nage et on se sent tout léger, un bruit très doux et calme...le son des vagues qui s'éclatent sur la plage, un goût de quelque chose de rafraîchissant et une émotion de sérénité.

Le vert est juteux...c'est la vie elle même, comme l'élasticité dans des feuilles, ou les pieds dans l'herbe fraîchement coupé...ce qui vit, dans la flore, est verte. Une coté souple et lisse..cela a un goût frais, comme de la menthe et un odeur de propre, comme le pin.

On peut le comparer avec ce qui ne vit pas, comme les feuilles mortes, marrons... qui tombent en poussière dès qu'on les touche avec nos mains. Le marron est sec, comme l'écorce d'un arbre, mais peut être chaleureux sous l'effet du soleil, comme le sable.Le marron à l'odeur d'une épice, de la terre moite ou du bois fumé.

Le noir aussi est une couleur intense...des émotions qu'on ne veut pas reconnaître en soi, ses peurs...cela a une texture visqueuse mais lisse, comme le latex. Le noir ce n'est pas un absence de goût, mais un trop plein de saveurs à un tel point que cela devient amère et nauséabond. Le noir appelle au coté sombre des choses, à l'opposé du blanc. Mais le noir a aussi une coté positive, de choses sophistiquées et glamours. C'est une couleur assez contradictoire.

Le blanc, est doux comme la neige, une texture de ouatée et fraîche, le blanc appelle la pureté, une émotion empatique et de clarté.L'âmour que l'on ressent pour son enfant, dépourvu de jugement ou intérêt. Cela est aussi la simplicité des choses, la dépésanteur, le vol des oiseaux.

Bref, les couleurs inspirent des saveurs, des textures, des émotions... quelle couleur est importante pour vous et pourquoi?

Published by zara-ecolo
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 05:48
une rencontre musicale

Une mélodie vibrante, s'entrelaçant avec des paroles, une chanson se forme, une histoire de notes, d'instruments, de force et de douceur, allant dans les hauts tout comme dans les profondeurs.

La mélodie est comme la rencontre de deux personnes...l'attirance sensuelle, puis en se mouvant dans les notes plus intenses, l'attirance sexuelle, la puissance des notes décrivant si bien les pulsions, la faim du toucher, la musique s'intensifie, se rythme au gré des mouvements corporels des deux êtres obsédés par l'un l'autre, pour finir finalement tout en douceur...

Les paroles d'une chanson ce sont ces deux mêmes êtres qui se découvrent, qui commencent à se connaître, de plus en plus profondément. L'histoire de leur vie, leurs émotions, leurs peurs, leurs joies. Cela crée le texte, donne puissance à cette mélodie;

C'est le mélange de ces deux choses qui crée la magie de la musique...

C'est le mélange de ces deux êtres qui crée la magie de la vie.

Published by zara-ecolo
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 12:36
une jeunesse armée

Dès ma venue au monde...ou même avant...je ressentais une absence de quelque chose de vitale...je ne saurai vous dire ce que c'était cette chose, mais elle n'était pas là. Le grand froid, le vide, un manque à en crever le coeur.

J'étais accueilli dans l'indifférence totale; ma maman n'a pas survécu ma mise au monde et mon papa ne savait pas quoi faire avec ce bébé, cette chose qui criait et pleurait.

Pendant quelques mois, une femme du village m'a donné son sein, m'a nourri, sans plus. Mon papa s'en est allé chercher une autre femme et s'est marié. Mais cette femme, me repoussait...je voyais bien la différence de traitement que je recevais d'elle et de mon papa et celui qu'ils donnaient à leurs nouveaux enfants... je me sentais seul, j'avais faim. Il m'arrivait de trouver un peu de chaleur et de nourriture chez les chiens qui vivaient dans le village. Plus que je grandissais, plus que je m'éloignais de la maison, dans l'indifférence totale de ma "famille".

Et ainsi un jour je rencontrai un autre garçon, pas plus âgé que moi, qui m'emmenait dans un groupe...et me présenta au leader, qui m'a donné de quoi manger et m'a dit que je pouvais rester. Tant qu'à faire. Au moins je sortais de cette solitude, ce vide. On m'a appris à tirer avec un arme...on rigolait, on avait de quoi manger. J'ai commencé aussi à consommer du brown brown, une sorte de mélangé de cocaine et de la poudra à armes à feu..et le monde était plus supportable.

On m'a initié au meurtre. C'était assez abstraite comme notion.. le monde me semblait si différent de quand j'étais plus petit. Ici, plus que je tuais, plus que j'étais fort. Les grands rigolaient quand je tirais bien. C'est fascinant la couleur du liquide qui sort des personnages sur lesquels je tirais. Le monde était assez noir et blanc, mais je me souviens toujours de cette couleur rouge vive...comme si cela sortait du décor.

Mes camarades aussi parfois se faisaient tirer dessus.. et ils avaient cette même couleur de liquide qui me fascinait. J'avais toujours ce froid en moi, mais je n'étais plus seul. J'étais admiré, estimé, fort! J'étais quelqu'un! Il y a eu des petits instants, que des sensations me brûlaient dans mon coeur, dans mes pensées, c'était désagréable, comme un sentiment que quelque chose manquait. Mais cette sensation était vite oublié, rendue au néant avec le brown brown. Ou sinon un peu de colle, ça le fait aussi, ça, faute de plus.

L’insensibilité est protectrice, comme une maman. Enfin, c'est que je pensais, je n'ai pas connu de maman, donc je ne peux pas comparer. Mais je m'imagine qu'une maman te protège contre ce qui peut blesser. Et ces sensations me blessaient.

Puis un jour, il ne restait plus grande monde dans ma groupe. Pour une raison qui m'échappait, on ne tuait plus. Les grands s'en sont allés, et je suis resté dans la rue avec quelques autres de mon âge. Il y avait aussi Suna, un peu plus jeune que moi, qui couchait avec les grands. Elle avait l'air mal en point. Il n'y avait plus de brown brown, et ces sensations ont commencé à faire surface. J'étais mal, mais loin de moi de l'avouer, car j'étais un homme fort! Je te tue avant que tu puisses me toucher!

Plus de maman protectrice, plus de colle ou autre chose...au fond de moi, mais bien au fond, j'avais des douleurs, des fortes douleurs, mais je ne savais pas quoi faire avec. Le monde a commencé à prendre des formes, des couleurs, plus aiguisées. Et ça coupait mon coeur. Quelque chose en moi avait, comme un monstre, besoin de crier cette douleur, mais je ne savais pas d'où elle venait.

Puis est venue une groupe de personnes, des grands eux aussi...je me suis bien méfié d'eux au départ. Mais ils revenaient et nous donnaient à manger...ils nous parlaient aussi. Plein de questions ils avaient, et cela faisait bizarre, car le monstre à l'intérieur de moi, voulait sortir, et je savais que si je le laissais, j'allais avoir mal. Mais leurs questions et leur intérêt en moi, me faisaient du bien en même temps.

Je pense qu'il est temps pour moi, de laisser le monstre sortir, même si ça fait mal, je pense que ces grands vont pouvoir m'aider à remplir ce vide en moi, m'apprendre comment vivre dans ce monde rempli de couleurs.

Parfois dans la vie, ai-je appris, faut faire confiance pour grandir. Parfois faut savoir accepter la main tendue. Parfois faut passer par les douleurs qu'on s'est cachées, pour apprendre à trouver sa propre identité, que je croyais perdue à tout jamais. Je sais être quelqu'un sans arme, sans drogue, je sais ce que cela fait de vivre sans chaleur, sans âmour, et cela me donne le courage d'aider d'autres enfants comme je l'étais jadis.

Published by zara-ecolo
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 05:44
Je suis comme l'eau

J’ai cherché un moyen pour expliquer ce que j’ai, ce que je vis, comment m’apprivoiser, m’accepter en tant que telle...comment m’aimer si je ne trouve pas de fil conducteur, de qui je suis, en dessous de tous ces miasmes que mon mental (et mon physique) me fait vivre, expérimenter ma vie. Je vois bien que je réagis différemment, je l’ai toujours su, mais jamais comprise.La bi polarité est complexe...

Et puis…j’ai compris, que dans chaque état, je suis fondamentalement la même…mais juste dans des formes différentes…

Tout comme l’eau…

L’eau parfois coule comme un doux ruisseau, calme et paisible…quand je me sens en équilibre, calme dans ma tête, bon sommeil, une sorte de douceur de vivre…quelques petites vagues à l’âme, mais régulières et stables.

L’eau, avec l’arrivée du feu, de la chaleur, se transforme en vapeur…cela commence par des petites bulles à la surface…tout comme dans mon mental…une soudaine soif…insatiable, une envie d’apprendre à fond, un sujet, un hobby, un intérêt quelconque…je m’y lance à fond…le feu brûle, et je ne vois pas pourquoi d’autres que moi, ne voient pas comment ces sujets sont passionnants, importants, pourquoi on ne s’y intéresse pas autant que moi ? Les émotions sont vives, profondes…le bonheur crie en moi, comme une bulle d’énergie au fond de mon corps, plus besoin de tant de sommeil, je parle plus vite, ne m’arrête plus, soif, soif !! Je me lance à fond dans , par exemple, l’écologie, les manifestations, l’écriture, la couture, la lecture de sujets qui me fascinent, parfois 4 livres en même temps… quelle énergie, quelle puissance, quelle intelligence…

Mais l’eau, tout comme moi, peut se figer…comme de la glace… je deviens plus lente…le corps et le mental, épuisés par ces excès d’émotions et de fascination, perd de son énergie, moins d’émotions, plus de lenteur dans mes réflexions…une vide s’installe…l’eau (moi) petit à petit, se cristallise…la tristesse de cette impuissance face à cette perte du soi…cette perte de contrôle, perte de joie de vivre, se fige petit à petit, jusqu’à, comme heureusement dans de rares cas, se figer autant qu’aucune émotion ne semble plus exister…. Je dors…comme l’eau en attendant le printemps, un peu de chaleur qui ravive la flamme de la passion, du désir de vivre…le ruissellement de l’eau paisible me manque tellement…

Mais, tout comme l’eau, maintenant j’ai compris que c’est cyclique, et que, dans n’importe quel forme je me trouve, au fond, je suis toujours de l’eau…je suis toujours moi…

Je dois apprendre à nager sur mes vagues…je dois apprivoiser mes profondeurs, et calmer le vent, pour que je reste à la surface de moi-même…et parfois, avec une sauvage douceur, mais contrôlée, me laisser monter dans les nuages, comme de la vapeur, mais en me souvenant, que je suis…comme l’eau !

Published by zara-ecolo
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 14:04

Je suis à l’arrêt du feu rouge...pas grande chose à voir, juste des voitures et des panneaux publicitaires...parmi eux, un numéro pour des enfants abusés...je me demande combien osent vraiment appeler...et parfois ils sont trop petits, ils ne peuvent donner une voix à leurs douleurs...

Je tourne ma tête vers ma droite et là, je te vois...te sentant seule parmi tes camarades...toi, qui me regarde en retour, toi sans possibilité de donner voix à ta douleur. Toi, séparée de ta maman. C'est pas un voyage d'école où vous allez, ça se voit toute de suite..

Et puis, cette douce larme qui descend le long de tes joues...cette larme qui brule dans mon mental...je me vois dedans pendant qu'elle glisse...cette larme, peut etre la seule façon que tu as pour exprimer ta souffrance....

Et moi, pendant que le feu tourne au vert...j'ai une larme qui coule le long de mes joues.....

la larme dans ton oeil
Published by zara-ecolo
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 13:26
ad block plus

Juste un petit message pour vous prévenir que toutes ces pubs que vous voyez, ne viennent pas de moi et je ne suis pas d'accord avec le contenant de la plupart. Pour avoir la paix, installez ABP sur firefox et vous en serez débarrassé.

AD BLOCK PLUS se trouve dans les extensions de firefox, gratuit et génial!!

Published by zara-ecolo
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 10:18
la position du squat aux toilettes

Dans notre culture de l'ouest, on a pour habitude de s'assoir sur les toilettes pour nos "commissions".

Dans l’Asie, on squatte déjà tout naturellement par terre, manque de chaise et c'est la aussi devenu une habitude que l'on utilise aussi pour aller faire popo.

Maintenant, nous, en nous assoyant sur le trône, on comprime une partie de notre intestin, le rendant ainsi plus difficile de déféquer....résultat beaucoup de constipations, hémorroïdes etc..

Dans notre culture de l'ouest, on a pour habitude de s'assoir sur les toilettes pour nos "commissions".

Dans l’Asie, on squatte déjà tout naturellement par terre, manque de chaise et c'est la aussi devenu une habitude que l'on utilise aussi pour aller faire popo.

la position du squat aux toilettes

Maintenant, nous, en nous assoyant sur le trône, on comprime une partie de notre intestin, le rendant ainsi plus difficile de déféquer....résultat beaucoup de constipations, hémorroïdes etc.

Donc on a inventé pour nous la squatty poo, qu'on pose autour du bas des toilettes et on n'a qu'à mettre ses pieds dessus....

la position du squat aux toilettes

moi je suis assez tentée de l'essayer, faut il encore que je trouve ces appuis....vous l'avez dejà essayé en position squat?

Published by zara-ecolo
commenter cet article

Elle est de retour!

43af1b277efb7925333f247760011f39d3616cfb_600x600.jpg

 

Après quelques années d'absence volontaire, je me suis décidée de redonner Vie à mon ancien blog...mon espace personnel où je raconte ce que je veux sur mon amour pour les animaux, à deux ou à 4 pattes, la terre, la nourriture et que sais-je.

 

Bienvenu(e)s chez moi!

 

Esther/Zara

 

558406_576344045736727_2133560799_n.jpg

 

 

 


 


 

 

esthersdf---144-A

 

 

 

 

Zara Whites Large

 

 

 


Catégories